Je suis très fier, heureux et ému d'avoir reçu le prix Gérard Vandenbroucke, le dimanche 6 octobre, au Salon International de la caricature du dessin de presse et d'humour de Saint-Just-Le-Martel des mains d'Alain Rousset. Gérard Vandenbroucke, le fondateur du Salon est décédé en février dernier, il a été maire de Saint-Just-le-Martel, Président de la région Limousin et Vice président de la Région Nouvelle Aquitaine.

Dans son discours lors des obsèques de Gérard, le président de la région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, avait promis en présence de François Hollande de créer un prix Gérard Vandenbroucke pour récompenser un dessinateur qui est particulièrement impliqué dans la lutte pour la liberté d'expression et la promotion du métier de dessinateur de presse si menacé.

Capture d’écran 2019-10-07 à 23

 

Je viens au Salon depuis 29 ans, en allant à Angoulême, je me suis arrêté dans un bistrot à Saint-Léonard-de-Noblat pour téléphoner, on n’avait pas de téléphone dans la poche à l'époque. Sur une palissade des affichettes Salon international du dessin d'humour et de presse, je note le téléphone. Gérard connaissait mes dessins dans un journal de cadres territoriaux, il m'a invité et je suis venu à Saint-Just tous les ans sans interruption.

 

En janvier 2015, France-Cartoons, qui s’appelait encore Feco-France, et la revue italienne Buduàr décident d’organiser une exposition en hommage aux dessinateurs de Charlie-Hebdo assassinés. Une soixantaine de dessinateurs Français et Italiens nous avaient confié leurs témoignages désolés. Son nom, Inchiostro Coraggioso, Loup nous avait conseillé de le traduire par Encres Libres. Cette exposition a circulé dans toute l’Italie et je suis allé chercher à Forte dei Marmi la fameuse Abeille du prix Satira Politica, le jury voulait honorer les dessinateurs français. Gérard nous a demandé cette exposition pour l’hôtel de région du Limousin. Pour l’inauguration, nous étions une dizaine de dessinateurs. Et là, il a commencé son discours très ému en nous disant : « Si je suis ici, c’est grâce à vous, les dessinateurs. » Il disait ça pour nous réconforter, nous faire plaisir. Son ascension dans le monde de la politique, il la devait à son travail, à son intelligence, sa compétence, son efficacité, mais quand même sa passion pour la satire et la réussite de son Salon y étaient pour quelque chose. Les dessinateurs sont des gens bizarres, individualistes, souvent isolés. À une autre époque, on travaillait au journal, on allait au marbre, aux conférences de rédaction. Les fax, les Chronopost et surtout Internet ont tout changé. Un dessinateur peut travailler dur sans jamais rencontrer aucun de ses confrères. Gérard a inventé ce grand pèlerinage international des cartoonistes. J’ai pu y rencontrer les dessinateurs qui me fascinaient quand j’affûtais mes crayons et maintenant que je suis un vieux dessinateur, je vois des jeunes mecs qui s’approchent de moi avec l’œil qui frise et qui tente de me tutoyer, je les rassure. Gérard aimait tous les dessinateurs, les grandes signatures à qui il remettait son Prix de l’Humour Vache, mais aussi les dessinateurs qui travaillent dans de petits journaux, ceux qui doivent avoir un deuxième métier, les amateurs, les blogueurs.

 

Voir l'article de FranceBleu

Saint-Just-le-Martel : Le premier Prix "Gérard Vandenbroucke" remis à Pierre Ballouhey

Capture d’écran 2019-10-07 à 18

Capture d’écran 2019-10-07 à 18

Capture d’écran 2019-10-07 à 23

Le salon de Saint-Just-le-Martel est la plus grande rencontre de dessinateurs au monde, il a été crée par Gérard Vandenbroucke il y a 38 ans. Malheureusement Gérard nous a quitté en fevrier dernier, il était l'ami de tous les dessinateurs et tous les dessinateurs aimaient son sourire, sa gentilesse, sa culture du dessin, ses discours si drôles et si émouvants. Cette 38è édition s'est ouverte avec tristesse, la première sans lui. Mais les dessinateurs du monde entier lui ont rendu hommage en envoyant des hommages dessinés, une grande exposition de tous ces dessins se trouve dans le salon et un album a été publié pour les recueillir: “87 dessins pour Gérard”.

87 Dessins

La couverture est de Jean-Michel Delambre à qui Gérard Vandenbroucke a remis son dernier Prix de l’Humour Vache. Les dessins publiés dans ce recueil ont été envoyés spontanément par les dessinateurs du monde entier en février dernier et ont été collectés par France-Cartoons, Daryl Cagle et le Centre Permanent de Saint-Just le Martel.