Ce dessin vient d'être censuré par la direction du Mémorial de l'Isère, il n'a pas été publié et à sa place habituelle dans le cadre vide ce texte : "

"Le dessin de cette semaine qui représentait un CRS patibulaire frappant de sa matraque un jeune garçon tuméfié ne correspond pas à la réalité, la direction du Mémorial a utilisé son "droit de censure comme d'autres ont le droit de grève ou le droit de donner des leçons. Notre enquête auprès des salariés grévistes et des lycéens contestataires ainsi que la presse nationale proche des grévistes laisse entendre qu'un seul lycéen aurait été blessé (une balle de caoutchouc dans l'œil) mais les traumatismes de vingt deux policiers sont confirmés par tous ce mercredi."

312ballouhey_esquintez_bdef

ballouhey_carteblanche

               Qu'en pensez-vous ?

Un dessin de presse n'est pas un constat d'huissier, ni une information, mais un clin d'œil, un raccourci, une vision décalée de la réalité, il représente le tragique d'une situation pour en faire surgir le grotesque et faire rire ou sourire des imbécilités de la vie comme dans les comédies italiennes, comme dans Molière ou Chaplin.

Cette subtilité a échappé au directeur du Mémorial de l'Isère.

Merci de ne plus écrire au Mémorial de l'Isère, si vous avez déjà écrit, contactez-moi directement pour que je vous donne quelques éclaircissements.